Un Singapourien de 23 ans sera inculpé en vertu de la nouvelle loi pour avoir vendu du bitcoin sans licence

Un citoyen singapourien de 23 ans accusé de trafic de Bitcoin Future sans licence deviendra la première personne à être accusée en vertu de la loi sur les services de paiement de la ville. La police de Singapour a révélé aujourd’hui qu’une femme de 23 ans avait fourni un service de jeton de paiement numérique sans licence. Elle aurait reçu au moins 13 transferts de fonds frauduleux, d’une valeur totale de 3 350 dollars singapouriens, qu’elle a ensuite utilisés pour acheter du Bitcoin. L’identité de la femme n’a pas été révélée.

On pense que les fonds proviennent des arnaques en ligne

Selon la police, les fonds proviendraient de victimes d’escroqueries en ligne. La police affirme que les transactions frauduleuses ont été effectuées «sur instruction d’une personne inconnue», en échange d’une commission. La Singapourienne de 23 ans deviendrait la première personne à faire face à des accusations en vertu de la nouvelle loi sur les services de paiement entrée en vigueur fin janvier de cette année. La nouvelle loi mise en œuvre réglemente les paiements cryptographiques et les entreprises commerciales en vertu de certains aspects du régime réglementaire de l’État pour les services de paiement traditionnels.

La loi a introduit plusieurs enregistrements complexes et des exigences de licence pour les entreprises de cryptographie et les revendeurs, entre autres mesures

La Monetary Authority of Singapore place tous les types de crypto dans une seule catégorie.
L’Autorité monétaire de Singapour ne fait pas de distinction entre les différents types de jetons de «paiement», «d’utilité» et de «sécurité», les plaçant tous dans une seule catégorie de jetons de paiement numériques. D’autres pays comme les États-Unis distinguent différents types de jetons et les mettent dans différentes catégories. Singapour mettant tous les crypto dans une grande catégorie rend certaines exigences réglementaires plus difficiles à contourner.

Comme indiqué précédemment, la Monetary Authority of Singapore avait exempté un certain nombre de sociétés de cryptographie d’obtenir une licence et de travailler pendant six mois. Binance, Coinbase, Gemini, Bitstamp, Luno, Upbit et Wirex font partie des entreprises qui ont bénéficié de cette exemption de six mois.

Karl

View more posts from this author